Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Les Hommes de bonne volonté

Jeudi 2 avril 2015 aura lieu une réunion importante. La majorité municipale, telle que sortie des urnes, débattra du budget de la ville. Encore une fois, me direz-vous ? Oui, encore une fois. Parce qu’il est important que nous nous mettions tous d’accord, parce qu’il est important que Bandol avance.

Je veux ici dire que loin des querelles politiciennes qui ont pu traverser notre majorité, je souhaite que chacun arrive à cette réunion avec des propositions concrètes, chiffrées, réalistes. Je souhaite que chacun pense à l’avenir de Bandol avant de penser au sien. Je souhaite que chacun retrouve ce goût pour l’action publique, une action raisonnée, ambitieuse et créative.

La situation financière de Bandol est critique. J’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer à plusieurs reprises, chiffres à l’appui. La facilité eût été de continuer à dépenser sans compter et de lever des impôts supplémentaires. Cela n’a pas été mon choix. Avec les équipes municipales et les élus, nous avons bâti un budget certes de rigueur mais juste, qui va nous permettre de ne pas augmenter la pression fiscale. Il a fallu faire des choix. C’est le prix à payer pour en finir avec les dérives du passé et le reflux des dotations de l’Etat.

Ce n’est pas pour autant un budget de sacrifice. Contrairement à ce que brandissent un peu trop fort les faiseurs de mauvaises nouvelles et d’avenir sombre, Bandol ne va pas se retrouver « à l’arrêt », ni même « mourir à petit feu » faute d’investissements. Que chacun se rassure : nous allons continuer à développer l’attractivité touristique de Bandol, nous allons poursuivre les efforts vers les personnes âgées et apporter tout notre soutien aux associations qui travaillent avec et pour la jeunesse.

Mais nous allons le faire avec plus d’imagination, avec plus de courage aussi. Parce que nous ne pouvons plus nous contenter de sortir le carnet de chèques et de payer -fort cher- des prestations clé en main.

Jeudi nous allons travailler en concertation pour le budget de la ville. Il ne peut pas y avoir de « préalable » ou de « conditions » à la discussion. Il ne peut y avoir autour de la table que des hommes et des femmes de bonne volonté.

Catégorie: Elus