Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Bandol, ville isolée ?

Réaliser un programme d’investissements ambitieux tout comme élaborer une programmation qualitative d’animations devient une gageure pour les collectivités territoriales dans un contexte de baisse constante des dotations de l’État. Le défi est de conjuguer équilibre budgétaire et développement de la ville.

Les mauvais esprits ont beau jeu de railler notre grande attention en matière financière, pourtant le constat est là : Bandol est entrée sous notre mandat dans les 10% des villes les moins endettées de France, et cela lui permet de voir grand désormais.

L’enjeu est de préserver et d’accroître l’attractivité de la ville, tant pour nos administrés que pour nos visiteurs. Pour Bandol, station balnéaire prisée et reconnue, il en va de son rayonnement au-delà de nos frontières. Déjà, en une poignée d’années, la belle endormie est sortie de sa léthargie comme en témoigne le nombre croissant de personnes sur notre magnifique promenade à l’espace retrouvé et aux généreuses terrasses.

Plus que jamais il convient d’être acteur d’un travail partenarial avec l’État, les collectivités territoriales et les institutions, pour solliciter et bénéficier d’aides publiques. Sous l’impulsion des élus, porteurs de projets d’avenir pour la ville, les agents territoriaux sont rompus à l’exercice. C’est ainsi que la Direction des affaires financières de la commune élabore chaque année les dossiers de demandes de subventions auprès des partenaires institutionnels. Entre 2016 et 2019, une cinquantaine de dossiers ont été montés.

À titre d’exemple, citons les sommes allouées pour les travaux menés sur le quai de Gaulle : 650 000 euros octroyés par la Région et 452 000 euros issus du Conseil départemental. Tout dernièrement la Région nous a également consenti une participation pour l’achat du nouveau véhicule du Comité Communal des Feux de Forêt.

Ces sommes importantes, et nous en avons obtenu bien d’autres, témoignent du positionnement de Bandol comme station dynamique et entreprenante, loin du cliché d’une ville prétendument isolée que nos pourfendeurs voudraient nous adosser.
Isolée de qui et de quoi ? Cette ritournelle n’est que le sempiternel atermoiement de ceux qui nous souhaiteraient davantage « dans le moule », inféodés au mode de gouvernance « béni oui oui » en vigueur au sud de la sainte Baume.

Oui pour notre communauté d’agglomération nous souhaitons une autre façon d’exercer le pouvoir politique qui nous est confié. Oui nous souhaitons une organisation qui permette à chacun d’être force de proposition et de décision dans tous les projets, y compris ceux qui relèvent du transfert de compétence.

Une autre façon de faire de la politique est possible et nous en sommes les artisans. Nous savons que vous êtes nombreux à apprécier ce changement.

Catégorie: Finances