Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Construisons l’avenir de Bandol

Le premier conseil municipal – après l’installation du maire – s’est tenu samedi 26 décembre, au lendemain de Noël. Il fallait faire vite pour permettre à l’ensemble des élus de prendre les décisions qui s’imposent.

Nous entrons désormais dans une nouvelle phase : vous m’avez renouvelé votre confiance, vous l’avez fait de manière claire en m’accordant une très large majorité avec 42.83% et 21 élus sur 29. Sur les 5487 suffrages exprimés, cela représente 2339 voix pour la liste que je conduisais, 1592 pour celle de Mme Cercio (29.01%, 4 élus) et 1556 pour celle de Mr Palix (28.36%, 4 élus).

Tout le monde s’accorde aujourd’hui pour dire que nous devons ensemble travailler à l’avenir de Bandol : la majorité le fera en respectant les droits de l’opposition, comme elle l’a toujours fait. Inutile donc de laisser entendre que ces droits ne seraient pas respectés ou accordés du bout des lèvres. L’opposition a également des devoirs, comme, par exemple, ne pas monopoliser le temps de parole et chercher en permanence une tribune.

La campagne est bel et bien terminée, les électeurs ont tranché. Le maire que je suis s’adresse à tous les Bandolais, travaille pour le bien de tous les Bandolais, propose et décide dans l’intérêt de tous. J’attends que l’opposition fasse de même et débatte, de manière constructive, fasse des propositions et ne se contente pas seulement de critiques, apporte par sa contribution de réelles avancées et ne se contente pas de bloquer les dossiers.

Nous aurons pour cela beaucoup de commissions de préparation autour du budget, des animations, du tourisme et de l’urbanisme par exemple. C’est le lieu des échanges et de la confrontation des idées, c’est le lieu où chacun doit pouvoir apporter son expérience et ses compétences. C’est un lieu d’écoute et de respect de l’autre.

Nous avons vécu 18 mois de querelles politiciennes qu’aucun Bandolais ne veut revivre. Nous avons donné une piètre image de notre ville. Nous avons aussi perdu du temps. Et j’appelle chacun à prendre ses responsabilités et à ne pas chercher à reprendre ce chemin.

Dans quatre ans et demi, à la fin de ce mandat, il sera temps de repartir en campagne, de faire le bilan et pour les uns ou les autres de se déclarer candidat.

En attendant, travaillons pour l’avenir de Bandol.

Catégorie: Conseil municipal