Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Le compte administratif 2016 : la confirmation à mi-mandat du redressement des finances de la ville !

Le compte administratif 2016, largement positif malgré un contexte défavorable, a été présenté et approuvé hier lors du conseil municipal.

En matière de gestion financière la ligne de conduite de la majorité municipale est cohérente et assumée : le redressement des comptes.

La gestion budgétaire initiée depuis 2014 est rigoureuse et transparente. Elle n’a d’autre objectif que la redynamisation de la ville sans recourir au levier fiscal. Ce redressement des finances de la ville prend tout son sens au regard du contexte national de baisse des dotations de l’Etat. Soit les élus assument l’impérieuse maîtrise de la dépense publique, soit les contribuables paient la note!

Comme il serait facile d’augmenter les taux de fiscalité pour dépenser plus ! Ce furent les choix passés mais ce ne seront pas ceux de la majorité.

Heureusement les chiffrent ne mentent pas et sont têtus :

Dès 2014, j’ai engagé une maîtrise des dépenses en raison de la situation financière dégradée par les dérapages passés : 41 recrutements secs de 2008 à 2013, soit environ 2 millions d’augmentation des charges de personnel, augmentation de 24% des taux de fiscalité en 2009 avec en parallèle une augmentation des charges à caractère général de 7% la même année. (Je rappelle que cette gestion de M. Palix a largement été approuvée par Mme Cercio)

Cette nécessité de réduire la voilure pour retrouver des marges de manœuvre n’a malheureusement pas été partagée par le groupe de Mme Quilici qui voulait toujours plus de dépenses alors même qu’en 2014 la ville est sortie en déficit de sa section de fonctionnement.

Le budget 2015 rejeté par Mme Quilici, ne comportait pas de hausse des taux d’imposition hormis la majoration de 20% sur les résidences secondaires, adoptée par l’ensemble des conseillers, y compris mesdames Cercio et Quilici. Ce rejet pour des motifs purement politiques a eu pour conséquence une augmentation par le Préfet des taux d’imposition de 8,3% pour sauver la saison estivale. Je rappelle que dès 2014, un effort considérable a été effectué avec une baisse des charges à caractère général de 565 000€. En 2015 les efforts ont été accentués malgré un contexte politique plus que difficile : nouvelle baisse des charges à caractère général de 587 000€, baisse des charges de personnel de 313 000€, et pause de l’investissement. Les résultats 2015 ont montré une amélioration des finances avec une capacité de désendettement qui passe de 57 ans à 4,3 ans et un taux d’épargne brute de 0,6 % à 9,2%.

Et je précise que l’augmentation d’impôts décidée par le préfet en 2015 est bien loin de compenser la baisse de la dotation globale de fonctionnement versée à la commune et l’augmentation de l’aide versée par Bandol aux autres villes.

Par ailleurs, j’attire l’attention sur l’article de Var matin du 23 mars dans lequel Madame Quilici s’exprime de manière mensongère. Elle se permet en effet d’affirmer je cite « la vérité éclate au grand jour », « nous constatons donc que l’augmentation de la pression fiscale de 8% en 2015 est bien une volonté du maire de Bandol ». alors que l’arrêté du 17 mars du préfet qui régularise le budget voté indique : « vu la demande du maire de Bandol sollicitant l’augmentation des dépenses inscrites dans la proposition de la CRC, et par conséquent l’augmentation des recettes, pour faire face aux dépenses nécessaires pour la commune en matière de manifestations culturelles.. ». Dans le budget que j’ai présenté en 2015, il y avait les dépenses qui permettaient de faire face au besoins de la commune, les recettes correspondantes et avec 0% d’augmentation du taux de nos impôts. Budget que Mme Quilici a rejeté. Le mensonge de mme Quilici est donc parfaitement démontré.

Les comptes 2016 confirment le redressement des comptes et la performance budgétaire.

En effet, aux oiseaux de mauvais augure qui tenteraient de minimiser les efforts de gestion initiée depuis 2014, je leur présente les éléments suivants :

En 2016, augmentation de la fiscalité : 0% !

Désendettement de la ville : aucun nouvel emprunt depuis 2014 avec une capacité de désendettement de 2,5 années en 2016.

Taux d’épargne brute 13,77 % contre 9,2 % en 2015.

Nombreux travaux d’embellissement à hauteur de 1,3 millions

Les charges de personnel ont augmenté de 1,78% alors que l’objectif affiché était de contenir l’augmentation à 2% par rapport à 2015., malgré le coût des élections, du recensement de la population et de l’augmentation du point d’indice de 0,6% au mois de juillet. Il faut préciser que ces charges de personnel restent en dessous du niveau de 2014.

Les dépenses à caractère général ont baissé de 3,60 % en 2016 par rapport à 2015. Ce nouvel effort représente une baisse de 172 002, 52 €, soit 1,63 point d’impôt. Et vous observerez que cette amélioration significative a été obtenue sans augmentation des Taux d’imposition.

Les dépenses de fonctionnement ont diminué au final de 1,84% en 2016 par rapport à 2015.

Notre gestion exemplaire des deniers publics qui repose sur trois piliers – baisse de la dette, forte diminution des dépenses de fonctionnement et non augmentation des taux des impôts communaux – prouve que l’on peut agir avec rigueur tout en maintenant un bon niveau d’investissement et sans utiliser le levier de l’impôt. Je réitère donc mon engagement de ne pas augmenter les taux d’imposition jusqu’en 2020, sauf catastrophe (par exemple multiplication par 3 de la pénalité SRU)

La majorité municipale est pugnace et réaliste dans sa gestion des deniers publics. La transparence est au cœur de notre action. Depuis 2014, les documents financiers sont

en ligne sur le site Internet de la ville et lors de chaque étape budgétaire, je présente l’évolution des ratios financiers.

Les résultats financiers 2016 confirment donc, à mi-mandat, que notre action est conforme à nos engagements.

Notre détermination à vous offrir un cadre de vie toujours plus agréable tout en protégeant votre pouvoir d’achat, est sans faille.

Catégorie: Non classé