Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Le nouveau quai de Gaulle : une promesse forte de campagne qui sera tenue

Au même titre que le redressement des finances communales, les travaux d’aménagement du quai de Gaulle figurent en bonne place parmi les engagements majeurs de mon programme de campagne de 2015.

Il faut dire que ces deux engagements sont étroitement liés car le respect du premier conditionnait l’accomplissement du second.

C’est bien parce que le redressement des finances a été opéré que l’on peut, aujourd’hui, engager un programme d’investissement ambitieux. (Voir:  http://jeanpauljoseph.fr/redressement-finances-communales-engagement-tenu) 

Je précise que les travaux du quai de Gaulle, d’un montant de 7 123 158 € HT, n’obéreront en rien le financement des autres travaux prévus en 2019 puisque c’est une enveloppe conséquente de 2 millions d’€ qui sera dégagée pour notamment la réfection de la voirie dans les quartiers extérieurs ou la réhabilitation des bâtiments communaux.

Comme tout le monde en convient le quai de Gaulle mérite d’être refait au vu de l’état piteux dans lequel il se trouve, et ce depuis fort longtemps.

A cet égard, les projets d’aménagement de ce site emblématique de Bandol ne manquent pas : les municipalités précédentes ont commandé des études sans jamais les mener à terme et réaliser les travaux pourtant indispensables à l’attractivité de notre ville.

Les travaux du nouveau quai de Gaulle débuteront début décembre pour une fin programmée en novembre 2019.

Comme je l’ai déjà souligné, le parti architectural retenu est de rendre l’espace public aux piétons. Le projet s’étend, côté commerces, du casino de jeux à la fontaine du Bicentenaire sur plus de 600 mètres de long.

Le projet redonne de l’épaisseur à l’aménagement devant les façades du front de mer. La vue et l’accès aux commerces sont, de fait, dégagés et mis en valeur pour une meilleure fréquentation de cette vitrine de Bandol.

Le projet supprime 60% d’enrobé et permet de gagner 60 % de promenade et davantage d’espaces verts. Ce n’est pas moins de 143 arbres qui seront plantés alors que l’on en dénombre actuellement 49 pour être précis.

En restructurant son entrée de ville et les espaces autour des commerces, la commune entend bien redonner tout son attrait à cette promenade. Cette restructuration va permettre de redynamiser les commerces du centre-ville et de développer aussi les zones piétonnes adjacentes dont plusieurs d’entre elles seront rénovées en 2O19.

La première esquisse du quai de Gaulle dévoilée, les opposants politiques n’ont eu de cesse de critiquer le projet.

S’il ne s’agit pas de rebondir sur toutes les critiques qui vont du reste s’accentuer lorsque les travaux vont commencer, je souhaite revenir sur l’une d’entre elle qui me paraît infondée ; elle concerne la procédure utilisée.

Il a été reproché de ne pas recourir à un concours d’architecture pour faire émerger plusieurs projets.

C’est vite oublier que les projets ne manquent pas en la matière. En effet, comme je l’évoquais plus haut, presque toutes les municipalités ont missionné un cabinet d’architecture pour élaborer un projet, dont le dernier en date a été réalisé en septembre 2010.

Outre que le concours n’est pas rendu obligatoire pour les travaux d’infrastructures et qu’il est particulièrement coûteux puisqu’il faut indemniser les candidats préalablement sélectionnés, la municipalité à l’appui d’un programme bien défini et pleinement assumé a choisi le groupement (bureau d’études et cabinet d’architecture) le plus performant à l’issue d’une mise en concurrence. Rien de plus normal.

Il est cocasse de relever que ceux qui ne jurent aujourd’hui que par le concours sont souvent les mêmes qui ont critiqué par le passé la construction de la médiathèque municipale dont l’architecte avait été choisi à l’issue d’une procédure de concours. Le concours n’est apparemment pas une garantie absolue pour faire émerger une réalisation parfaite ! Les exemples sont légion.

Les travaux vont prochainement débuter et une attention toute particulière a été portée aux commerces afin qu’ils soient le moins impactés possible.

Cependant, si toutes les mesures seront prises pour limiter la gêne, celle-ci sera réelle durant une période la plus courte possible au regard des contraintes techniques inhérentes au chantier.

La commune accompagnera les commerçants qui le souhaitent dans les démarches de report ou d’échelonnement des charges sociales.

En tout état de cause, ce projet à pour vocation de relancer l’activité commerciale car, si rien n’était entrepris, c’était la mort assurée à terme, comme on dit à Bandol, des « boutiques » du port.

Au final, je me réjouis que le nouveau quai de Gaulle – cet espace de vie retrouvé –  voit le jour dans un an car non seulement il améliorera la qualité de vie des habitants mais participera aussi à l’attractivité de Bandol.

Catégorie: Non classé