Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Ouvrages terre-mer : des dispositifs anti-pollution

Parmi les préconisations de l’étude hydraulique commandée par la commune pour les travaux du Quai de Gaulle, figurent la construction d’une dizaine d’ouvrages terre-mer.

Qu’est-ce qu’un ouvrage terre mer ?

Lorsqu’il pleut sur la commune, les eaux de ruissellement sont collectées par le réseau pluvial (constitué des caniveaux, canalisations etc..) puis rejetées directement dans la mer ou le port. Ces eaux lessivent les routes et les caniveaux et sont chargées de différents polluants (déchets, hydrocarbures etc..).

Les ouvrages terre-mer ont pour but principal d’éviter ce rejet direct : placés généralement juste avant le rejet, les particules polluantes sont isolées grâce à un système de bacs de décantation, et l’eau « nettoyée » est ensuite rejetée.

Que dit l’étude hydraulique ?

L’étude hydraulique réalisée à l’occasion des travaux du Quai de Gaulle traite 2 aspects : la performance du réseau pluvial et le traitement de la pollution.

En ce qui concerne la performance du réseau actuel, c’est-à-dire sa capacité à évacuer l’eau de pluie, il est mal conçu, ce qui occasionne des inondations notamment sur certaines parties du Quai de Gaulle lors d’orages. En cause, des canalisations sous-dimensionnées et des problèmes de pentes insuffisantes ou de contrepentes.

La première urgence, aujourd’hui, est de corriger ce problème d’inondations.

Pourquoi ne réaliser que 3 ouvrages terre-mer maintenant ?

Il y a plusieurs raisons à cela :

  • L’étude hydraulique a préconisé de réaliser 3 ouvrages en priorité, car ils ont un impact direct sur la qualité des eaux de baignade.
  • Les autres ouvrages ont essentiellement une fonction antipollution des eaux rejetées dans le port. Ils auront comme effet négatif de diminuer la performance du réseau pluvial, avec notamment des pertes de charge. Il était donc impensable de dégrader encore plus le réseau pluvial actuel. Il faut d’abord réaliser les travaux d’amélioration avant de réaliser ces ouvrages.
  • Les travaux du Quai de Gaulle vont générer un certain nombre de perturbations. Il est apparu logique que la commune n’ouvre pas un chantier si important à la fois sur le côté nord du Quai de Gaulle et sur le côté sud : en réalisant tous les ouvrages côté quai en même temps que les travaux devant les commerces, la ville aurait été complètement bloquée.

Les ouvrages restants seront-ils réalisés dans le futur ?

Certains ne cessent de vouloir faire croire que la commune ne sera pas en capacité de réaliser ultérieurement ces ouvrages. Leur argumentation repose sur le fait que la compétence assainissement (soit celle du réseau pluvial), est passée à la communauté d’agglomération depuis le 1er janvier 2019.

Ce raisonnement est faux pour plusieurs raisons :

  • La communauté d’agglomération Sud Sainte Baume a signé une convention de gestion avec les communes pour l’année 2019 leur confiant l’essentiel de la compétence.
  • Quand bien même la communauté d’agglomération serait seule compétente, il convient de rappeler qu’elle n’est pas un organisme hors de tout contrôle pour les communes, puisque les maires de chaque ville en sont vice-présidents et que des élus de Bandol y siègent.
  • Enfin, le président de SSB lui-même a confirmé dans la presse le 14 janvier 2019 le maintien de la décision par les maires concernant leur commune.

Ces ouvrages pourront donc parfaitement être réalisés.

Catégorie: Travaux