Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Parc du Capelan : une vaine polémique bien orchestrée

Une polémique enfle dans Bandol depuis quelques jours : le maire et les élus auraient l’intention de transformer le parc du Capelan en gigantesque parking !

Les pelleteuses et les bulldozers sont en approche, les élus ont déjà les tronçonneuses à la main et les arbres tremblent ! Le bitume s’étendra bientôt jusqu’au bord de mer et des centaines d’automobiles viendront gâcher le paysage.

Comment cette vision cauchemardesque est-elle née ? Le conseil municipal a-t-il voté une délibération ? Un appel à projet a-t-il été lancé ? Non. Rien. La rumeur, fondée comme toujours sur la désinformation, l’approximation et l’agitation, court follement. Elle est alimentée par des vaincus des dernières municipales qui espèrent bien en tirer quelques voix pour les prochaines, quitte à s’arranger avec la vérité.

L’affaire est si sérieuse qu’une pétition en ligne a été lancée : « Pas de parking au parc du Capelan » proclame le collectif des riverains et usagers du parc. Riverains ? Usagers ?

Il semblerait que dans cette histoire, les « riverains et usagers » entendent bien continuer à profiter de ce lieu remarquable mais peu fréquenté à leur seul profit. Une forme de privatisation du domaine public. En regardant de plus près les signataires, on s’aperçoit curieusement que l’immense majorité n’habite pas Bandol.

Regardons plus avant ce qu’il en est. Le parc du Capelan est composé d’un espace boisé, fait de pins classés.

Ce parc est également composé d’une esplanade de terre battue recouverte de graviers. Cet espace non-boisé accueille un terrain de boules et des toilettes publiques. Le reste de la surface, sans ombre, est une sorte de no man’s land poussiéreux sur lequel personne n’a jamais vu quiconque pique-niquer ou se reposer.

En bleu : la zone sur laquelle un parking pourrait être implanté

Précisons que ce terrain recouvert de graviers est interdit au stationnement (sauf dérogation par arrêté du maire pour certaines manifestations). On peut constater chaque jour ou presque que cette règle est loin d’être respectée. Qui profite de ce stationnement sauvage ? Quelques privilégiés.

Qui sont les usagers du Parc du Capelan ? Potentiellement, tous les Bandolais et parmi eux, les familles avec de jeunes enfants qui aimeraient pouvoir profiter du lieu pour venir faire quelques balades en bord de mer. En ont-ils la possibilité ? Non, faute de stationnement adapté à proximité. Le quartier devient l’été une zone au stationnement anarchique faute de places, ce qui ne manque pas de poser d’ailleurs des problèmes de sécurité.

Le parc du Capelan est un lieu public qui doit être accessible à tous. Il est bien entendu hors de question d’abattre le moindre pin. Pas plus qu’il n’est question de recouvrir de goudron ce lieu magnifique.

Par contre comme pour le port d’Alon à Saint-Cyr ou la presqu’île du Bestouan à Cassis par exemple, lieux très appréciés dans notre région, oui nous envisageons de créer une zone restreinte de stationnement en terre battue, agrémentée en outre de quelques arbres : le parc du Capelan aurait donc plus d’arbres après qu’avant ce projet !

L’objectif est simple : faire que ce parc ne soit plus la « réserve » de quelques initiés mais le bien public de tous.

Catégorie: environnement