Jean-Paul Joseph
FERMER LA RECHERCHE

Une vision de l’urbanisme à Bandol, selon la potentielle 1ère adjointe de M. Bayle

Il paraît que nous bétonnons la ville. Nous avons démontré l’inverse, mais qu’importe, en campagne électorale, pour certains, tous les coups sont permis.

Mais regardons de plus près le palmarès de la potentielle 1re adjointe de M. Bayle, qui nous explique l’importance des réalisations de qualité, des flux de circulation, de l’écologie, de ne pas trop construire.

Mme Henriot, architecte de profession a en effet abondamment sévi à Bandol. Et l’écart entre le discours de campagne et la réalité des actes est particulièrement frappant.

« Les Bandolais ont le sentiment que l’identité de la ville a perdu de sa profondeur » nous dit-elle. Diantre, voilà une critique bien creuse ! Est-ce que Mme Henriot prendrait les Bandolais pour des imbéciles ?

Les Bandolais ne le savent peut-être pas, mais l’avenue du 11 novembre, c’est elle ! Celle où les platanes ont été abattus (ils étaient malades) et remplacés maladroitement par des poiriers de Chine (ça ne fait pas la même ombre). Celle où les bus ne peuvent pas se croiser dans le virage du cinéma faute de giration correctement étudiée, créant quotidiennement des embouteillages. Celle où il a fallu reprendre une partie du pluvial. Celle où les jets d’eau de la place de La Poste se répandaient jusque sur l’avenue du 11 novembre, avec des dalles qui devenaient une patinoire. Jets d’eau qui auront fonctionné durant une semaine avant d’être coupés définitivement. On préfère ne pas chercher le coût de cet équipement.

Regardez les bien car ils n’ont fonctionné qu’une semaine…

Les Bandolais ne le savent peut-être pas, mais Mme Henriot, soi-disant contre le prétendu bétonnage, a soigneusement exploité le PLU (Plan Local d’Urbanisme) pour construire sur Bandol. 25 permis de construire sur Bandol sur la période 2016-2020 dont certains en zone littorale (vallon des Graviers, avenue du Littoral, boulevard du Capelan, boulevard Clémenceau). Prés d’un permis sur 6 déposé sur la période, aucun architecte n’en a déposé autant ! Et on ne parle même pas des projets plus anciens comme Blue Bay…

Les Bandolais ne le savent peut-être pas, mais malgré cette activité foisonnante à Bandol, Mme Henriot officie ailleurs. Architecte-conseil de la ville de Sanary depuis des décennies, elle n’a pas semblé choquée par la construction d’un casino dans une pinède qu’il a fallu en partie abattre, ou d’un hôtel de luxe, la Farandole, construit en bonne partie sur la plage !

Les Bandolais ne le savent peut-être pas, mais le maître d’œuvre chargé de la conception et de la réalisation du projet en cours de rénovation de la capitainerie, tant critiqué par l’équipe de M. Bayle, est le cabinet d’une certaine… Mme Henriot.

Double visage, double discours, telle est bien la marque de fabrique de l’équipe de M. Bayle. Faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je fais !

Catégorie: Non classé